Site indépendant d'actualités

Officiellement : Fatiha El Moudni élue maire de Rabat, succédant à Asmae Rhlalou

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Fatiha El Moudni, membre du RNI, a été officiellement élue comme la nouvelle maire de Rabat, succédant à Asmae Rhlalou qui a démissionné. Sa candidature a été approuvée par consensus entre les trois principaux partis du conseil municipal de Rabat, obtenant ainsi 66 voix sur 81.

Suite à la démission d'Asmaa Rhlalou, le gouverneur de la ville de Rabat a annoncé le 15 mars la dissolution du Conseil communal de Rabat et l'ouverture des candidatures pour élire un nouveau maire.

Le Wali de la région Rabat-Salé-Kénitra, Mohamed Yacoubi, a informé de l'ouverture des candidatures pour le successeur d'Asmaa Rhlalou à la tête du Conseil communal de Rabat, du 16 au 20 mars 2024. Cette mesure est conforme à la loi organique n° 113.14 relative aux collectivités territoriales et à la décision exécutive n° 81 du 15 mars 2024 concernant la cessation des fonctions d'Asmaa Rhlalou.

La dissolution du Conseil de la commune de Rabat a été rendue effective le 15 mars 2024, conformément à l'article 21 de la loi susmentionnée.

Concernant les candidatures, le Wali a précisé que les candidats devaient remplir des conditions préalablement établies. Le candidat choisi parmi les membres élus lors des élections communales du 8 septembre devait également être en tête de la liste présentée par son parti aux élections générales de 2021. De plus, le candidat devait appartenir à l'un des cinq principaux partis représentés au Conseil communal de Rabat.

Le dossier de candidature devait inclure une demande de candidature à la présidence du Conseil communal de Rabat et une recommandation spéciale (Tazkia) délivrée par l'organe habilité de son parti.

Rappelons qu'Asmaa Rhlalou a démissionné en février à la suite de crises au sein du conseil municipal depuis septembre 2023. Elle a mis fin à son mandat après avoir perdu la majorité nécessaire pour prendre des décisions, en raison du retrait d'une vingtaine d'élus de la majorité. Ces dissensions ont entraîné la paralysie du conseil, incapable de gérer les affaires de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.