Site indépendant d'actualités

Le Ministre de l'Enseignement Supérieur Abdellatif Miraoui Assume la Responsabilité de la Crise Médicale et Défend les Réformes Gouvernementales

0

Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Abdellatif Miraoui, a déclaré qu'il n'avait aucun problème à assumer seul la responsabilité de la crise du secteur médical, soulignant que le gouvernement et le ministère ont tout fait pour résoudre cette crise. Il a expliqué qu'à chaque fois qu'ils pensaient avoir trouvé une solution, ils se retrouvaient face à une situation contraire.

Lors d'une réunion conjointe des Commissions des secteurs sociaux et de l'éducation, ce mercredi, il a précisé qu'aucun ministre ne peut être expert dans tous les domaines et qu'il acquiert son expérience avec l'aide d'experts du domaine. "Je n'ai aucun problème à assumer seul la responsabilité... C'est une réforme gouvernementale et il n'y a pas un seul point qui n'a pas été discuté avec le ministre de la Santé, le chef du gouvernement et le ministère des Finances", a-t-il affirmé.

Il a ajouté qu'il "serait facile pour un ministre de ne rien faire et de ne pas entreprendre de réformes", notant qu'on lui a demandé s'il était le seul à vouloir réformer, mais que "notre gouvernement voulait vraiment réformer". "Je travaille au sein du gouvernement et d'un parti politique, et je n'ai pas de problème à assumer la responsabilité", a-t-il souligné.

Le ministre a expliqué que la réforme en cours découle des recommandations du modèle de développement et du programme gouvernemental, précisant que la durée moyenne des études médicales au Maroc est de 8,3 ans, certains prenant jusqu'à 15 ans pour obtenir leur diplôme.

Il a rappelé que le 25 juillet, un accord a été signé entre plusieurs ministères, après avoir décidé d'augmenter le budget alloué à l'enseignement supérieur, atteignant un montant inédit de 2,5 milliards de dirhams, avec la création de 3527 postes budgétaires pour le ministère. L'objectif est de passer d'un ratio de plus de 16 étudiants par professeur à 12.

Miraoui a déclaré : "Nous sommes convaincus d'améliorer la formation de nos médecins", soulignant que "tout ce que les facultés de médecine ont demandé a été mis en œuvre à la lettre, et nous avons ajouté plusieurs mesures pour développer les compétences de nos médecins", précisant que les engagements de la réforme incluent l'augmentation du nombre de places pédagogiques et la réduction des années de formation.

Il a indiqué que la septième année de formation posait problème depuis des années et que la réduction à cinq ans n'a été décidée qu'après la proposition des doyens, ajoutant que cette réduction n'est pas motivée par des raisons financières ou autres.

Concernant l'augmentation du nombre de professionnels de santé, il a expliqué que les étudiants refusent, mais que "soit nous formons nos propres médecins, soit nous allons à l'étranger pour les chercher, mais nous ne les trouvons pas et il y a une grande concurrence pour les ressources humaines dans le domaine médical et le personnel médical marocain est très demandé". Il a précisé que l'objectif de la réduction des années d'études n'est pas d'empêcher les étudiants d'aller à l'étranger, ajoutant "nous n'empêcherons personne et nous sommes tous partis à l'étranger et revenus ensuite".

Miraoui a défendu l'approche participative adoptée depuis le début, expliquant que la réduction de la formation à six ans était demandée initialement car personne ne refuse de devenir médecin en moins de temps. Il a souligné qu'en France, la formation dure six ans et ils ont ajouté la spécialité de la médecine familiale pour atteindre neuf ans, mais qu'au Maroc "nous ne pouvons pas faire cela et quand nous serons prêts, nous réfléchirons à la médecine familiale...". Il a ajouté que "au Maroc, nous avons plus de médecins spécialistes que de médecins généralistes".

Il a rappelé que les protestations des étudiants en médecine ont eu lieu en 2011, 2015, 2019 et 2021, expliquant que lors des premières fois, rien n'avait été accompli, faisant référence aux gouvernements précédents, et a précisé "nous partageons la responsabilité car les problèmes existent depuis longtemps".

Il a conclu en disant "nous devons avoir confiance les uns envers les autres et en nos institutions", soulignant qu'il y a eu "plus de 14 réunions avec les étudiants... et même quand nous disons avoir trouvé une solution, ils tiennent des assemblées générales et ceux qui étaient d'accord avec nous défendent le contraire".

Le ministre de l'Enseignement supérieur a insisté sur le fait que "nous avons tout donné et nous voulons améliorer notre formation, nous avons anticipé plusieurs choses", ajoutant que le communiqué du 15 février contenait tout et qu'ils pensaient avoir résolu le problème, mais qu'il persiste. Il a précisé que le dialogue continue quotidiennement avec les doyens en toute transparence, et qu'ils ne veulent que le bien pour leur pays et leurs enfants.

Le ministre a souligné que les problèmes sont nombreux et qu'il faut les aborder "avec un peu de sérénité", affirmant que la déclaration publiée contenait tout et demandant ce qui pourrait être fait de plus, précisant que la signature du procès-verbal n'était pas acceptable puisque le porte-parole officiel avait lu le communiqué publiquement.

Le responsable gouvernemental a réaffirmé "nous n'avons aucun problème et ceux qui ont assisté à la réunion étaient d'accord et nous avons reporté les examens plusieurs fois", s'adressant aux députés "vous avez le droit de dire ce que vous voulez mais avec un peu de souplesse envers le ministre de l'Enseignement supérieur, c'est un chantier royal et aucun pays au monde ne confie la responsabilité de la médecine uniquement au ministre de l'Enseignement supérieur".

Il a insisté qu'après le communiqué du 25 juin, "nous étions rassurés et pensions qu'il ne restait aucun point non résolu, mais la situation a changé par la suite", affirmant qu'il ne comprenait pas où se situait le problème actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.