Site indépendant d'actualités

L'opposition propose une médiation parlementaire pour résoudre la crise des étudiants en médecine

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Les chefs des groupes de l'opposition ont exclu toute exploitation politique ou manipulation des manifestations menées par les étudiants en médecine et en pharmacie par Al Adl Wal Ihsan ou la Voie Démocratique, en réponse aux accusations des chefs des groupes de la majorité. L'opposition a proposé une médiation parlementaire pour mettre fin à cette crise qui dure depuis sept mois.

Rachid Hamouni, chef du groupe du Progrès et du Socialisme, a répondu aux accusations d'opportunisme vis-à-vis des manifestations des étudiants en déclarant : "On entend parler d'un 'épouvantail' chaque fois qu'il y a une crise, avec des avertissements contre Al Adl Wal Ihsan et la Voie Démocratique. Si ces groupes sont si puissants, qu'ils prennent le pouvoir et qu'on les laisse gouverner. Nous sommes capables de faire face à ces gens. Si quelqu'un veut manipuler les enfants du peuple, qu'on nous dise qui ils sont et ce qu'ils disent."

Hamouni a ajouté qu'il était inacceptable d'accuser des entités fictives de manipuler les manifestations. Il a affirmé avoir rencontré de nombreux étudiants et pouvait assurer qu'ils n'avaient aucun lien avec Al Adl Wal Ihsan ou d'autres groupes, soulignant que ces accusations étaient un manque de respect envers les étudiants.

Il a également souligné que si le gouvernement avait fait son travail, cette crise ne durerait pas depuis aussi longtemps. Selon lui, le gouvernement est incapable de négocier, malgré la capacité du Maroc à surmonter d'autres crises. Il a critiqué les actions du ministère de l'Enseignement supérieur, notamment la dissolution des bureaux de représentation des étudiants, la programmation unilatérale des examens, le non-respect des accords précédents et le refus de se présenter devant le Parlement.

Hamouni a suggéré que cela reflète une faiblesse dans la communication ou une intention délibérée de ternir la réputation de la médecine publique, ou peut-être une volonté de pousser les étudiants vers la médecine privée. Il a indiqué que les demandes des étudiants avaient été réduites, ce qui constitue une négociation, mais que les accords conclus avaient été annulés sans signature du procès-verbal.

Hamouni a proposé une médiation parlementaire pour résoudre la crise des facultés de médecine au Maroc, en suggérant la formation d'un comité présidé par le président de la Chambre des représentants, les chefs de groupes parlementaires, les représentants du gouvernement et les représentants des enseignants, en insistant sur le fait que la crise actuelle est une crise de confiance et que les étudiants ont besoin de garanties.

Cette proposition a été acceptée par les chefs des autres groupes de l'opposition, qui ont également souligné la nécessité d'une médiation parlementaire. Ils ont insisté sur le fait que peu importe que ce soit l'opposition ou la majorité qui mène la médiation, l'important est de trouver une solution pour sauver l'année académique des facultés de médecine.

Abderrahim Chahid, chef du groupe socialiste de l'opposition ittihad, a déclaré que "la réunion d'aujourd'hui est le résultat de ce qui s'est passé lundi, refusant d'introduire le débat dans des impasses à cause du fait que l'opposition n'a pas pu exprimer son avis lors de la session plénière", en ajoutant que "si le gouvernement n'est pas prêt à réagir, il doit partir."

Il a insisté sur la nécessité de révéler "le déroulement et les résultats des négociations... et pourquoi après sept mois de crise, nous en sommes arrivés au boycott des examens, ainsi que les raisons de l'implication de certaines parties dans les négociations et si leurs motivations sont rationnelles." Il a ajouté que "même si l'on dit que certaines parties peuvent exploiter ce conflit, nous sommes l'opposition."

De son côté, Driss Sentessi, chef du groupe Haraki, a indiqué que "lundi, nous ne voulions ni escalade ni autre chose, mais les tensions ont fait surgir le sujet." Il a précisé que 94 % des étudiants au niveau national étaient en grève, en insistant sur le fait que "nous sommes pour la souveraineté de l'État et le respect de la loi... et nous ne permettrons à personne de jouer avec l'avenir de nos enfants", appelant le chef du gouvernement à trouver une solution appropriée.

Abdellah Bouanou, chef du groupe parlementaire de la Justice et du Développement, a affirmé que ceux qui sont derrière la crise des étudiants en médecine et en pharmacie cherchent à faire échouer le chantier de la protection sociale, accusant le secteur privé de la santé d'aggraver la situation dans les facultés de médecine, car il en est le principal bénéficiaire selon lui. Il a indiqué que le secteur privé de la santé possède désormais plus d'un tiers des lits réservés aux patients dans le pays.

Bouanou a rejeté les allégations du gouvernement selon lesquelles certaines parties et organisations seraient derrière les manifestations des étudiants en médecine et en pharmacie, affirmant que les étudiants coordonnent entre eux et prennent leurs décisions de manière démocratique. Il a appelé ceux qui bénéficient de la crise des facultés de médecine au sein du gouvernement à faire preuve de clarté, en soulignant que les manifestations dans les facultés de médecine ne sont pas nouvelles et que ces facultés ont déjà connu des initiatives de protestation par le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.