Site indépendant d'actualités

PJD : Le gouvernement semble incapable de tenir sa promesse de créer un million d'emplois nets

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le Parti de la justice et du développement a précisé ce matin, mardi, que "l'engagement du gouvernement de créer au moins un million d'emplois nets au cours des cinq prochaines années dans sa région est devenu hors de portée".

Lors d'une conférence de presse à Rabat présentant le bilan partiel du gouvernement, le Parti de la justice et du développement a ajouté que "le gouvernement doit désormais rattraper le déficit des postes d'emploi qu'il a enregistré au cours des années 2022 et 2023 (181.000), et créer 1.000.000 de postes d'emploi supplémentaires".

Cela signifie que le gouvernement est tenu de créer 1 181 000 emplois au cours des trois années restantes de son mandat, entre 2024 et 2026".

Ces résultats sont liés à la politique économique suivie par le gouvernement qui, en plus de réaliser des taux de croissance faibles et non conformes aux engagements du programme gouvernemental, crée un climat non compétitif et non incitatif pour la production, en adoptant des politiques économiques non productives pour la croissance et l'emploi", a-t-il souligné, tandis que le programme gouvernemental 2021-2026, à la page 60, indique que "pour réduire notre dépendance aux importations, le gouvernement adopte une politique ambitieuse visant à remplacer les importations par des produits locaux, cette politique vise à créer localement une valeur de 34 milliards de dirhams à partir des importations, avec la possibilité de créer plus de 100.000 emplois".

Le parti poursuit : "Nous constatons que le gouvernement revient sur les mesures douanières prises par le précédent gouvernement pour protéger la production nationale".

Le parti a relevé que "le gouvernement a abandonné l'avantage fiscal accordé au régime de l'auto-entrepreneur sans aucune étude ni évaluation - malgré son succès retentissant - à travers une disposition fiscale dans la loi de finances 2023, sous prétexte que cet avantage conduirait à l'évasion fiscale, ce qui limiterait le succès retentissant du programme de l'auto-entrepreneur depuis son lancement en 2015."

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.