Site indépendant d'actualités

Sekkouri à Madrid : Le Maroc, leader de la région en matière de formation professionnelle, est prêt à partager son expérience

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le ministre de l'Intégration économique, de l'Entrepreneuriat et de l'Emploi, Younes Sekkouri, a appelé hier à Madrid à "redéfinir les règles et à réorganiser la coopération internationale en matière de mobilité internationale de la main-d'œuvre".

S'exprimant lors d'une réunion de haut niveau organisée dans le cadre de la conférence annuelle du Réseau européen des migrations, Sekkouri a souligné la nécessité d'aborder la question de l'adéquation entre l'offre et la demande du point de vue tripartite des pays d'origine, des pays d'accueil, mais aussi des candidats à la mobilité internationale eux-mêmes.

Il a souligné que cette perspective "gagnant-gagnant" devrait constituer la base de toutes les politiques de coopération en matière de migration légale et de mobilité internationale.

À cet égard, le ministre a souligné l'importance pour les pays d'origine de "se protéger contre l'émigration de la main-d'œuvre qualifiée nécessaire au développement local, en particulier dans des domaines tels que l'ingénierie et les professions de santé".

D'autre part, Sekkouri a déclaré que "des pays comme le Maroc sont ouverts à une coopération visant à répondre aux besoins des pays de destination en termes de professions émergentes issues de la formation professionnelle".

Il a ajouté que les pays d'accueil sont appelés, plus que jamais, à adopter des politiques migratoires de plus en plus orientées vers la formation professionnelle, afin de répondre aux besoins du marché du travail et d'identifier plus précisément les secteurs porteurs à forte valeur ajoutée qui contribueront à l'intégration effective des migrants et à la croissance économique.

Le responsable marocain a souligné que, grâce à sa stratégie de formation des jeunes talents aux nouveaux métiers, le Maroc accorde une attention particulière au renforcement de sa base de compétences, à travers des programmes axés sur l'innovation et l'investissement dans la recherche et le développement, pour créer de nouveaux marchés ou développer de nouvelles technologies à travers le capital humain.

Après avoir souligné que "la migration de travail peut contribuer à combler le déficit de main-d'œuvre dans les pays d'accueil", le ministre a noté qu'il est nécessaire de respecter les fondamentaux d'une délocalisation réussie, notamment la mise en place de stratégies bénéfiques pour le migrant, son pays d'origine et le pays d'accueil, en identifiant des programmes de formation qui répondent aux besoins du marché du travail de chaque pays et qui respectent ses particularités.

Il a souligné qu'il s'agit d'une "responsabilité partagée" impliquant à la fois les pays d'origine et les pays d'accueil, rappelant que toute politique migratoire doit accorder une importance particulière à son aspect humain.

Sekkouri a conclu en affirmant que le Maroc occupe la première place dans la région en matière de formation professionnelle et entend continuer à renforcer ses compétences et à établir des partenariats fructueux avec tous les pays désireux de bénéficier de "l'expérience réussie du Royaume".

Pendant deux jours, les participants à la conférence annuelle examineront les progrès réalisés dans l'élaboration d'une vision à long terme des politiques de migration légale, tant pour les pays d'origine que pour les pays d'accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.