Site indépendant d'actualités

Le monde de 2050 : quels sont les scénarios auxquels doit-on s’attendre ?

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Dans une conjoncture difficile à analyser ou à prévoir, le monde doit s’attendre à des mutations qui risqueraient d’imputer les conditions de vie des habitants ainsi que les systèmes politiques existants, surtout en Afrique, un continent qui connaîtra une explosion démographique lorsque des États comme la Chine et l’Inde vont se stabiliser.

Disons simplement qu’une nouvelle cartographie mondiale est en train de se dessiner sous les nouvelles problématiques qui ne cessent de préoccuper les politologues et les scientifiques et dont les scénarios en jeu sont les suivants :

• Le premier est le réchauffement climatique, devenu une pièce de ces scénarios qu’on va étaler dans le présent article et pour lequel les COP successifs sur le climat essaient de trouver des solutions dans l’immédiat. Un réchauffement de la terre et un rétrécissement de la couche d’Ozone qui ont pour conséquence le fondement des glaciers, le manque des pluies et finalement la succession des années de sécheresse. Des facteurs qui affectent les couches phréatiques et tendent vers un stress hydrique dans plusieurs pays du globe. Face à un tel constat alarmant, on doit s’attendre à un exode massif des régions arides vers des villes qui vont connaître une surpopulation déséquilibrée et incompatible vu le mode de vie citadin de l’une et le mode basique de l’autre.

• L’autre scénario, c’est celui d’une crise énergétique qui sera due à la pénurie des ressources pétrolières. À cet effet, rappelons que des pôles se sont déjà constitués pour faire face à une éventuelle catastrophe énergétique et on peut citer comme exemple les USA qui se sont positionnés au Moyen Orient, lorsque la Russie, en plus de ses ressources, elle a des alliés en Afrique tels que l’Algérie, le Nigéria et la Lybie. À cet effet, la recherche d’autres alternatives pour remplacer le gaz et le pétrole sont préconisées, mais ne suffisent pas vu leur coût d’une part et leur durée d’usage d’une autre part. En effet, qu’il s’agisse des énergies renouvelables (éolien ou solaire) ou encore de la voiture électrique, le problème énergétique n’est pas au point d’être entièrement résolu et la facture continuera à peser lourdement sur les pays non producteurs du pétrole, qu’ils soient européens, africains ou asiatiques.

• Le troisième scénario concerne l’émergence des sociétés numériques créées par la mondialisation. Une nouvelle conception des structures et des modes de vie en relation avec une économie numérique ascendante dans les pays développés et qui oblige les pays en voie de développement à suivre cette mutation rapide et irréversible. Une nouvelle conception des classes qui ne fait que creuser l’écart entre riches et pauvres et tend par la même occasion à éliminer la classe moyenne, engagée dans un processus de consommation de masse et pour lequel n’a qu’un seul moyen : faire recours au crédit à la consommation. À cet égard, il faut rappeler la situation actuelle des pays africains qui ont désormais du mal à nourrir leurs populations, à leur offrir une éducation de qualité, un service de santé aux normes de l’organisation mondiale de la santé et finalement un passage de pays importateurs vers des pays productifs et compétitifs sur les marchés mondiaux. Ce qui donne lieu à dire que l’Afrique en particulier est obligée de revoir ses visions de l’état des lieux et penser sérieusement à développer son économie par tout d’abord l’industrialisation, la fédération de ses États et la mise en œuvre d’une politique commune pour assurer sa souveraineté alimentaire.

• Le quatrième scénario est la sécurité en Afrique et dans le monde qui vit déjà dans une instabilité à cause des problèmes des frontières, du conflit ethnique, la montée de l’extrémisme religieux et les différentes revendications pour l’instauration des États de droit et non pas de passe-droit. Une situation similaire que l’Amérique Latine connaît aussi et qui est prise au sérieux par l’Amérique du Nord. Toujours, s’agissant de l’insécurité, le monde d’aujourd’hui est sous pression et tension et à ce sujet, on rappelle l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la tension entre la Chine et le Taiwan, les menaces de la Corée du Nord à sa voisine de sud, la question Israélo-palestinienne ainsi que la guerre civile qui déchire la Syrie et l’Irak. Une situation paradoxale et un peu partout et qui risque de conduire vers une troisième guerre mondiale si toutefois des cessez-le-feu ainsi que de négociations sérieuses et intelligibles sur la paix n’ont pas lieu. Sinon, ce sera trop tard…

• Un dernier scénario est celui de l’explosion démographique et à ce titre, l’Afrique est vue comme un continent dont la population sera estimée à 2 milliards. Ce qui veut dire des bouches à nourrir, à éduquer, à soigner et finalement à employer. Cependant, dans un continent souffrant d’un manque d’infrastructures de base dans presque tous les secteurs, un continent avec un haut degré d’analphabétisme et de pauvreté, la possibilité de répondre à toutes ces conditions s’avère d’ores et déjà difficile étant donné cette incapacité de sortir de la politique coloniale et de cette dépendance qui s’est installée même après l’indépendance. Une explosion démographique face à des défis incontournables qu’exigent le nouvel ordre mondial et cette mutation rapide des sociétés classiques vers des sociétés numériques.

In fine, le monde de demain dépend désormais des solutions que les organisations, les États et les spécialistes vont préconiser pour éviter à l’humanité plus de tragédies et de drames, surtout lorsque les actes de terrorisme continuent à semer panique et terreur d’une part et que cet instinct d’usurpation et de passion pour le pouvoir ne font que stimuler la haine et la violence d’une autre part.

ML

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.