Site indépendant d'actualités

Le média Italien AGC News : La réunion des BRICS porte un coup dur au leadership régional de l'Algérie

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Les dirigeants des pays membres des BRICS, ayant récemment tenu une réunion à Johannesburg, ont porté un coup à la crédibilité de l'Algérie et à ses ambitions de leadership régional en réaffirmant leur adhésion à la légalité internationale concernant la question du Sahara marocain, rapporte "AGC News", un média italien.

Selon le média, l'Algérie est appelée à respecter la légalité internationale et à prendre au sérieux le processus politique supervisé exclusivement par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Cette position est mise en évidence dans la Déclaration de Johannesburg II, adoptée par les dirigeants des pays BRICS.

Cette déclaration réaffirme leur engagement envers le multilatéralisme, en accord avec les principes de la Charte des Nations Unies qui soutient l'intégrité territoriale, le non-ingérence dans les affaires des États et la résolution pacifique des différends, rappelle le média.

Le média italien estime que cette position, qui confirme la justesse de la position marocaine, représente une défaite pour l'Algérie. Il met en avant le soutien croissant de la communauté internationale au plan d'autonomie marocain, qui satisfait aux paramètres de pragmatisme, de réalisme, de compromis et de durabilité requis par le Conseil de sécurité.

En outre, le sommet de Johannesburg aurait rejeté la candidature de l'Algérie à l'adhésion aux BRICS en raison de son incapacité à satisfaire les critères requis pour intégrer le groupe, affirme le journal "L'Opinione delle Liberta". Ce dernier évoque le manque de politique d'industrialisation et de vision dans le pays, ainsi que l'absence de projets étatiques concrets pour revitaliser le secteur et le désordre du système fiscal.

Selon le média, l'Algérie est considérée comme vulnérable en raison de son éloignement vis-à-vis des pays engagés dans la transition énergétique. Son PIB, ne dépassant pas 3 500 dollars par habitant, repose en grande partie sur les revenus des hydrocarbures.

La forte dépendance aux revenus pétroliers est une faiblesse considérable, commente la publication, ajoutant que si les prix des combustibles fossiles chutent, l'économie algérienne en pâtira également.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.