Site indépendant d'actualités

HAUT COMMISSARIAT AU PLAN : s'attend à une croissance économique de 1,6% à la poursuite de prix élevés

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le Haut commissariat au plan s'attendait à ce que l'activité économique nationale progresse de 1,4%, selon la variation annuelle, au cours du quatrième trimestre 2022, au lieu de 1,6% au cours du trimestre précédent.

Le délégué a indiqué dans une note qu'il est probable que la valeur ajoutée de l'agriculture continuera de baisser à un rythme de -15,9% au cours de la même période, tandis que les activités non agricoles augmenteront de 3,4%, soutenues par la poursuite de la reprise des services d'activités.

Selon le même document, la croissance économique devrait s'accélérer au premier trimestre 2023 pour atteindre 3,4%. Celle-ci sera attribuée à une reprise de 6,7% de la valeur ajoutée agricole, sous l'hypothèse du retour de conditions climatiques favorables durant la même période, et à une amélioration des activités non agricoles de 3%.

Le délégué s'attendait également à ce que les prix à la consommation continuent d'augmenter au cours du quatrième trimestre 2022 au même rythme enregistré au cours du trimestre précédent, réalisant une hausse de 8,1%, selon la variation annuelle, au lieu de 2,5% au cours de l'année précédente.

Cela est principalement dû à une augmentation des prix alimentaires de 14,1%, avec une légère baisse des prix non alimentaires pour la première fois depuis le quatrième trimestre 2021, car il enregistrera une croissance estimée à 4,3%, au lieu de 4,5% au cours du trimestre précédent.

Le mémorandum prévoyait également que le volume des exportations et des importations de biens et services augmenterait de 20,9% et 22,1%, respectivement, au cours du quatrième trimestre 2022, selon les variations annuelles.

En valeur, les exportations de marchandises devraient augmenter à un rythme estimé à 17 % au cours du dernier trimestre de 2022, selon la variation annuelle.

Cela s'explique principalement par la relative stabilité de la demande extérieure dirigée vers le Maroc, les ventes du secteur automobile contribuant pour 9,7 points à l'augmentation de la valeur totale des exportations, soutenues par les ventes des secteurs manufacturier et filaire, parallèlement à la reprise du marché automobile mondial amorcée au troisième trimestre 2022.

Les exportations de phosphate et de ses dérivés, notamment les engrais naturels et chimiques, contribueront pour 2,8 points à la hausse de la valeur des exportations, suivies des ventes de produits électriques et électroniques, avec une contribution estimée à 0,6 point.

Au niveau des importations, il est probable que la croissance de la valeur des marchandise  en matières premières se poursuive au cours du quatrième trimestre 2022 pour atteindre 36,1%, dans un contexte de hausse des prix à l'importation, la facture énergétique y contribuant pour 12,6%, indique l'augmentation de la valeur des importations. Hors matières énergétiques, les importations de produits semi-finis devraient augmenter, notamment les produits ammoniacaux, les plastiques, les produits chimiques, les papiers et cartons.

Le délégué s'attend à ce que l'augmentation significative de la valeur des importations par rapport aux exportations au cours du quatrième trimestre 2022 contribue à une aggravation du déficit commercial et à une baisse du taux de couverture des importations par les exportations de 9,4 points par rapport à la même période. de l'année précédente, pour atteindre 57,7 %.

Le délégué s'attendait également à ce que la masse monétaire croît de 5,6% au cours du dernier trimestre 2022, selon la variation annuelle, au lieu de 4,1% au cours du trimestre précédent.

On s'attend à ce que les besoins de liquidité des banques augmentent compte tenu de l'augmentation de la circulation de la monnaie de crédit, ce qui incitera Bank Al-Maghrib à accroître le volume de ses financements aux banques.

On s'attend également à ce que les avoirs de réserve officiels continuent de ralentir, atteignant 4%, et les prêts à l'administration centrale, qui refléteront une augmentation de la dette de trésorerie envers le Trésor de 7,8%.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.