Site indépendant d'actualités

CYBERTECH GLOBAL 2023 : Les pays signataires de l'accord d'Abraham étendent leur coopération à la cybersécurité

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le sommet mondial Cybertech de Tel Aviv a démarré ce mardi, réunissant des délégations de haut niveau -- notamment des experts en cybersécurité, des hauts fonctionnaires, ainsi que des autorités locales.

"Le cyber redéfinit et façonne le monde qui nous entoure", indiquait un grand écran accueillant les participants au sommet au début de l'événement. L'événement, qui est le premier symposium à grande échelle après le COVID-19, rassemble 20 000 personnes venues de dizaines de pays à travers le monde.

Gil Shwed, fondateur et PDG de CheckPoint, a souligné l'importance de l'événement et a exprimé sa satisfaction de voir le symposium attirer les "meilleures personnes" du monde entier dans le secteur des cybertechnologies.

"La cybermenace n'est pas seulement une menace à laquelle vous devez être préparé. Vous devez être préparé pour tout le passé... Parce que ces attaques peuvent encore vous frapper si vous n'êtes pas prêt", a déclaré M. Shwed, soulignant que les experts considèrent la "cyberpandémie" comme un risque élevé dans les années et décennies à venir.

Daniel Chamovitz, président de l'université Ben-Guirion du Néguev, a également pris la parole lors de la cérémonie d'ouverture.

"C'est un honneur pour notre université d'en faire partie", a déclaré M. Chamovitz, soulignant le potentiel et les atouts de premier ordre d'Israël dans le domaine de la cybersécurité. Sami Khoury, responsable du Centre canadien de cybersécurité, a donné un aperçu des défis auxquels son pays est confronté en matière de cybersécurité.

La cérémonie d'ouverture a également mis en vedette Dave Dewalt, fondateur et directeur général de l'entreprise américaine Night Dragon, qui travaille avec un large éventail de cyberentreprises dans le monde entier - y compris en Israël.

Les cybermenaces continuent d'augmenter, suivies de près par une augmentation des cyberbudgets", a déclaré M. Dewalt, soulignant la nécessité pour les gouvernements mondiaux de développer leur infrastructure de cybersécurité.

Robert Silvers, sous-secrétaire au département politique de la sécurité intérieure des États-Unis, s'est joint aux autres intervenants pour souligner l'importance de la cybersécurité dans un monde de plus en plus complexe et en constante évolution.

"Nous avons besoin d'un changement transformationnel dans la façon dont nous construisons la cyberdéfense. Aucun d'entre nous ne peut se défendre tout seul", a-t-il déclaré. "Il ne suffit plus d'organiser des réunions... Nous devons nous orienter résolument vers une collaboration opérationnelle directe entre le gouvernement et le secteur privé."

L'événement réunissant principalement des représentants des pays ayant signé les accords d'Abraham, M. Silvers a également longuement évoqué la nécessité pour les États-Unis et leurs alliés de collaborer plus étroitement pour contrer les attaques du régime iranien et de ses mandataires.

"Ensemble, nous nous attaquons aux cybermenaces posées par l'Iran", a-t-il déclaré, soulignant que les acteurs iraniens de la cybermenace ont continuellement travaillé à améliorer leurs capacités cybernétiques pour attaquer les intérêts américains et israéliens.

M. Silvers a souligné que Tel Aviv et Washington mènent une collaboration conjointe pour intensifier la coopération contre les cybermenaces.

Un rapport de Kaspersky datant de 2021 montre que le Maroc fait partie des cinq pays les plus touchés par les cyber-attaques au moyen de logiciels malveillants mobiles. Le responsable américain a souligné l'engagement de l'Amérique à travailler avec ses partenaires pour contrer les cyberattaques.

"La sécurisation de nos réseaux aux États-Unis et en Israël nécessite un engagement au Moyen-Orient. Plus tard dans la journée, je monterai sur scène avec mes homologues d'Israël, des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Maroc. Nous étendons les accords d'Abraham à la cybersécurité", a déclaré le responsable américain.

Pour M. Silvers, l'extension au cyberespace de la coopération normale des pays en matière de sécurité est un "morceau d'histoire" diplomatique. Un morceau d'histoire de la cybersécurité, un morceau d'histoire régionale, et une merveilleuse opportunité d'approfondir un partenariat de sécurité de longue date."

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.