Site indépendant d'actualités

Consultations Royales en Espagne : La quête pour l'investiture du premier ministre entre en scène

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le roi d’Espagne Felipe VI a commencé lundi ses entretiens avec les leaders des partis politiques représentés au Parlement en vue de déterminer qui est le mieux placé pour se soumettre à un vote d’investiture afin de devenir le prochain Premier ministre, a annoncé le palais royal.

Les entretiens ayant lieu par nombre de députés croissant, le roi a d’abord rencontré lundi matin le leader de l’Union du Peuple navarrais (UPN), qui compte un député, puis l’unique élue de Coalition canarienne (CC).

Tous deux ont confirmé ensuite à la presse qu’ils voteraient pour le leader du Parti populaire (droite), Alberto Núñez Feijóo, si celui-ci se présentait à l’investiture.

Le leader de Vox (extrême droite), Santiago Abascal, puis le chef de gouvernement sortant, le socialiste Pedro Sánchez, et enfin M. Feijóo seront reçus dans cet ordre au long de la journée de mardi.

MM. Sánchez et Feijóo revendiquent tous deux de pouvoir se présenter devant les 350 députés élus le 23 juillet pour tenter d’obtenir la confiance de l’assemblée.

M. Feijóo a affirmé de manière répétée que c’était à lui que revenait ce droit en tant que leader du parti ayant obtenu le plus grand nombre de sièges (137).

Mais M. Sánchez rétorque que dans un système parlementaire comme le système politique espagnol, le critère décisif n’est pas d’avoir remporté le plus grand nombre de sièges, mais d’être capable de rassembler une majorité sur son nom.

Au premier tour, le candidat à l’investiture doit obtenir la majorité absolue, soit 176 voix, la majorité simple suffisant au second tour.

A l’heure actuelle, M. Feijóo, outre les 137 députés du PP, peut espérer le soutien des 33 députés de Vox et ceux de deux petits partis régionaux, l’un galicien (nord-ouest), l’autre de l’archipel des Canaries, ce qui lui donnerait 172 voix.

« Perte de temps »

Sur cette base, le ministre sortant à la Présidence, Félix Bolaños, bras droit de M. Sánchez, a déclaré dimanche qu’une tentative d’investiture de M. Feijóo serait « une perte de temps ».

Pour sa part, M. Sánchez compte rassembler 178 voix sur son nom, dont celles des sept députés du parti indépendantiste catalan Junts per Catalunya (JxCat), comme ce fut le cas jeudi lors de l’élection de la socialiste Francina Armengol à la présidence du Congrès des députés.

Mais ce soutien de JxCat à une investiture de M. Sánchez est très loin d’être acquis, les négociations s’annonçant très dures en raison des exigences du parti catalan de Carles Puigdemont.

Cette situation très complexe fait que le roi Felipe VI ne fera peut-être pas connaître son choix dans l’immédiat.

Sur les 11 partis représentés au Congrès des députés, seuls sept ont accepté de rencontrer le souverain, les deux partis indépendantistes catalans, un parti indépendantiste basque et un petit parti régional galicien, qui rassemblent à eux quatre 21 élus, ayant refusé.

Si l’un des deux candidats échouait à obtenir l’investiture des députés, son rival aurait alors deux mois pour y parvenir, faute de quoi le roi devrait dissoudre le congrès des députés et convoquer de nouvelles élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.