Site indépendant d'actualités

Clarification du ministre des Affaires étrangères algérien met fin à le malentendu foncier entre le Maroc et l'Algérie "vidéo"

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Dans une réponse officielle aux clarifications fournies par la diplomatie marocaine concernant "l'expropriation des biens immobiliers algériens à Rabat", le ministre des Affaires étrangères algérien Ahmed Attaf a exprimé que la réponse marocaine est "adéquate".

Après avoir faussement accusé le Maroc de "spoliation" des biens immobiliers algériens, tout en dénonçant les "provocations" de Rabat, le ministère des Affaires étrangères algérien a reconnu ouvertement son erreur en admettant que "la décision marocaine est appropriée".

C'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, lors d'un point de presse hier mardi, en précisant qu'à la lumière des réponses apportées par la diplomatie marocaine, "ce dossier est désormais clos". Contrairement aux propos précédemment menaçants du ministère algérien, Attaf a adopté une position plus modérée cette fois-ci.

Ce revirement de situation est surprenant compte tenu de la gravité des accusations portées dans le communiqué publié le dimanche 17 mars par la partie algérienne. Dans ce document au ton peu diplomatique, Alger dénonçait les "provocations" du Maroc suite à la diffusion d'un article le vendredi 15 mars par le média Maghreb-Intelligence, affirmant que le gouvernement marocain avait décidé "d'exproprier plusieurs biens immobiliers et fonciers appartenant à l'État algérien" à Rabat.

Le diplomate en chef algérien avait alors estimé que le Maroc "s'était engagé dans une nouvelle phase d'escalade et de provocations à l'égard de l'Algérie". Cependant, face à cette réaction disproportionnée, le Maroc a adopté une attitude calme et courtoise, en recourant à des canaux officieux.

C'est par le biais d'une déclaration sous couvert d'anonymat obtenue par l'Agence France Presse (AFP) que Rabat a préféré donner sa version des faits. "C'est infondé, cela contient de nombreuses allégations erronées et cela témoigne d'un esprit d'escalade non justifié", avait réagi une source diplomatique marocaine.

Selon cette source, le ministère des Affaires étrangères s'était porté acquéreur en 2022 auprès de l'Algérie dans le cadre d'un projet d'agrandissement, et la procédure était en cours en toute transparence et en lien direct avec les autorités algériennes qui ont répondu.

Des documents ayant fuité après le communiqué virulent d'Alger indiquent que le ministère des Affaires étrangères a entrepris des démarches similaires auprès d'autres représentations étrangères pour agrandir ses locaux dans le quartier administratif. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'un projet d'extension des dépendances du ministère des Affaires étrangères marocain et avait fait l'objet de correspondance entre les services des ambassades des deux pays.

Validée par le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, selon les informations relayées par Maghreb-Intelligence, cette décision porte sur une propriété foncière de 619 mètres carrés, une autre parcelle d'une surface de 630 mètres carrés comportant une résidence à deux étages et des bureaux au rez-de-chaussée, ainsi qu'une villa baptisée "Villa du Soleil levant" couvrant une superficie de 491 mètres carrés.

D'après la même source, trois autres villas localisées dans le quartier administratif de Hassan (respectivement de 1 149 mètres carrés, 547 mètres carrés et 542 mètres carrés) sont également concernées par cette mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.