Site indépendant d'actualités

Quand le polisario menace le Maroc et l’Arabie saoudite depuis l’Algérie

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Au moment où le polisario est secoué par des frondes internes, les appels à la violence contre le Maroc et ses alliés se multiplient. Lors d’un meeting, une pseudo-militante du front séparatiste, vêtue en uniforme militaire, a proféré des menaces contre le Maroc et l’Arabie Saoudite tout en faisant l’apologie du terrorisme.

Au fur et à mesure que le temps passe, le polisario, qui accumule les défaites sur le front diplomatique, sombre dans le désarroi. Ceci pousse ses membres à la radicalisation. C’est le cas d'une soi-disant militante polisarienne qui, lors d’un meeting, a tenu des propos haineux contre le Maroc, en faisant l’apologie du terrorisme au sein de son territoire. « Les nécessités justifient les interdits », c’est par ces mots que celle-ci a harangué des foules présentes lors de ce meeting.

Reprenant les éléments de langage désuets de la propagande séparatiste, elle, qui s’est montrée en uniforme militaire, a proféré des menaces aussi bien à l’encontre du Maroc que de l’Arabie Saoudite, qui semble ajoutée au registre des ennemis de l’entité fantoche. Dans une vidéo diffusée, mardi, par un journaliste irakien Soufian Sammarai, directeur du média Bagdad Post basé à Londres, cette activiste a désigné l’Arabie Saoudite comme « ennemi ». « L’Arabie Saoudite est un ennemi. Son drapeau flottait durant la Marche Verte », a-t-elle déclaré, reprochant à l’Arabie saoudite de soutenir l’intégrité territoriale du Maroc.

L’activiste polisarienne n’a pas caché ses pulsions terroristes. « Je suis une "moujahida" et je ne fais rien d’illicite » s’est-elle targuée, citant les fausses accusations de répression de la pseudo-militante Sultana Khaya pour justifier ces appels à la violence contre le Maroc. Ceci dit, elle ne fait que confirmer les accusations du Maroc qui, depuis longtemps, prévient la communauté internationale contre le danger que représentent les pseudo-activistes du polisario et l'enracinement de l'extrémisme au sein de leur rangs. En juin dernier, l’Ambassadeur permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, a dévoilé l’imposture de Khaya, qui fait l’apologie de la violence et l’insurrection au Sahara marocain malgré son discours victimaire. En plus d’être un agent à la solde de l’Algérie, celle-ci a été formée à porter et manier les armes lors de ses nombreux voyages en Algérie et aux camps de Tindouf, selon le diplomate marocain.

Désespéré, le polisario n’a eu de cesse d’aiguiser sa propagande belliqueuse, ce qui montre qu’un vent de paranoïa et de folie meurtrière souffle sur les camps de Tindouf, au moment où le front se trouve déstabilisé par ses problèmes d’organisation lors de son 16ème congrès. D’où le sentiment de perdition qui pousse ses membres à se radicaliser davantage.

Le journaliste irakien n’a pas manqué, pour sa part, de commenter ces propos bellicistes en faisant une corrélation directe entre les menaces polisariennes et l’Iran. Téhéran, rappelons-le, est accusée de livrer des armes aux groupuscules terroristes dont les Houtis au Yémen et soupçonnée de vouloir fournir des drones au polisario. Le front séparatiste, a rompu le cessez-le-feu de 1991 en proclamant expressément la reprise de ce qu’il appelle « la lutte armée ».

« L'opinion », Mercredi 11 janvier 2023
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.