Site indépendant d'actualités

Provocations et accusations absurdes : L'Algérie tente de blâmer le Maroc pour une épidémie de cochenille

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Alors que le Maroc lutte depuis plusieurs années contre une épidémie de cochenille qui a causé d'importants dégâts à ses plantations de cactus, l'Algérie se retrouve désormais également confrontée à cette menace. Cette situation n'est guère étonnante étant donné que les insectes peuvent se propager en suivant les courants d'air, et l'Algérie partage une frontière avec le Maroc. Cependant, le média algérien Echourouk semble avoir trouvé un responsable tout désigné : le "Maroc".

Dans un article au titre évocateur "L'épidémie de cochenille... venue du Maroc", le média algérien pointe du doigt le royaume voisin en l'accusant d'avoir exporté ce "fléau". En citant une source officielle, Echourouk affirme avoir percé le mystère de l'origine de l'introduction de ces insectes chez leurs voisins à l'est. Selon cette source, la propagation de la cochenille serait imputée à "un investisseur marocain" qui aurait joué un rôle central dans cet épisode.

Le média, semblant feindre la surprise, s'interroge : "D'où provient cet insecte ? Pourquoi le trouve-t-on spécifiquement dans les régions frontalières avec le Royaume du Maroc, et non pas dans les autres parties nord, est ou ouest de notre pays ?". Pourtant, en citant une source officielle, Echourouk avance que "cette épidémie n'est pas apparue spontanément, mais a été délibérément provoquée par un investisseur marocain cherchant à investir dans l'industrie cosmétique". Celui-ci aurait introduit la cochenille depuis le Maroc afin de soutenir son projet en Algérie, en raison de la présence de carmin, une substance extraite de l'insecte utilisée dans la fabrication de produits cosmétiques.

Par la suite, le média annonce que l'armée a été mobilisée de manière substantielle pour éradiquer cette menace venant soi-disant du Maroc. À travers cette dernière révélation, l'Algérie et ses médias continuent de nous surprendre. Qui sait quelle sera la prochaine accusation ? Pourrait-on être accusés de dérober la pluie si l'Algérie connaît une période de sécheresse dans le futur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.