Site indépendant d'actualités

Paniquée par ses failles en cybersécurité, l’agence algérienne APS accuse le Maroc et l'Israël

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le site internet de l’agence de presse algérienne (APS) dans sa version multilingue a subi hier, dimanche 12 février 2023, «une cyber attaque grave qui a conduit à son blocage temporaire», indique un communiqué de l’agence repris par plusieurs médias algériens. Au lieu de chercher les causes de cette grave défaillance sécuritaire, les autorités algériennes ressortent la thèse du complot et la main du… Maroc et de «l’entité sioniste».

Dans une interview accordée au journal Al-Shorouk, Ammar Belhimer a accusé le Maroc et Israël de mener une cyberguerre contre l’Algérie, laquelle vise à saper la légitimité du gouvernement algérien aux yeux de son peuple. Le ministre algérien attaque le logiciel espion controversé Pegasus du groupe israélien NSO, utilisé par certains gouvernements pour surveiller des activistes, les terroristes et les criminels. Selon lui, le Maroc fait partie des pays utilisant ce logiciel.

Ces accusations nous rappellent, entre autres, l’épisode des feux de forêts qui ont dévasté le nord de l’Algérie en août 2021, quand le Palais d’El Mouradia a sorti un communiqué pour évoquer, sans la moindre preuve, l’implication directe du Maroc.

Le blocage invoqué par APS n’est toujours pas levé. L’APS, étant un site sensible, devait normalement relever de la sécurité nationale. Sa vulnérabilité est à l’image d’une armée incapable de sanctuariser ses sites sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.