Site indépendant d'actualités

Mohamed Ouzzine au régime algérien "Hanniouna !"

0
Getting your Trinity Audio player ready...

La 17e session de la réunion de l’Union des pays membres de l’Organisation de coopération Islamique (OCI) qui s’est tenue à Alger du 26 au 30 janvier de l’année en cours a été une occasion pour le Maroc de réaffirmer son intégrité territoriale ainsi que son soutien à la question palestinienne et finalement à l’Union du Maghreb arabe.

En effet, dans son intervention, Mohamed Ouzzine, représentant du Royaume a adressé un message très fort à l’assemblée, commençant par un rappel de la lutte contre le colonialisme des pays de l’Afrique du nord, citant l’Algérie et le Maroc comme exemple. À cet effet, il a maintenu les points communs des deux pays ainsi que les relations profondes qui les lient dans l’histoire, mais qui désormais vivent dans une situation controverse à cause de certains promoteurs algériens de la désunion.

Toujours dans son intervention, le député marocain a mis l’accent sur le bon voisinage que l’urgence de repenser au projet de l’union du Maghreb Arabe dont les fondements s’étaient constitués à Marrakech et qui est entre-autre une voie vers la promotion, la stabilité et la concrétisation d’un développement globale de la région. Il a rappelé aussi la souveraineté du Maroc sur ses terres tout en étalant les différentes réalisations dans les provinces du sud, devenues une destination prisée pour l’investissement et pour le tourisme.

L’occasion était aussi à Mohamed Ouzzine de crier à la face des parrains du séparatisme à Alger : «Hanniouna !» (Foutez-nous la paix !». Le député s’était exprimé au nom du parlement marocain qu’il représente à la 17e session de la réunion de l’Union des pays membres de L'Organisation de Coopération Islamique (OCI) qui se tient en Algérie du 26 au 30 janvier.

Le député marocain a paraphrasé le chanteur populaire Dahmane El Harrachi pour ramener les promoteurs algériens de la désunion à la raison. Il a dénoncé la sortie de piste de la présidente du parlement andin, "invitée intruse n'ayant rien à avoir avec l'OCI à qui on a donné la parole juste pour porter atteinte à l'intégrité territoriale du Maroc". Pour le représentant du parlement marocain, cet acte, inadmissible, enfreint l'esprit fondateur de l'OCI qui promeut l'unité et la fraternité entre ses pays membres.

ML

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.