Site indépendant d'actualités

Le général Oligui prête serment en tant que président de la "transition" au Gabon

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Moins d’une semaine après son coup d’État contre Ali Bongo Ondimba, le général Oligui a juré «de préserver les acquis de la démocratie», affirme l’AFP.

Le général Brice Clotaire Oligui Nguema, qui a renversé Ali Bongo Ondimba il y a cinq jours au Gabon, a prêté serment lundi 4 septembre comme président d’une «transition» dont il n’a pas fixé la durée, promettant d’installer des «institutions plus démocratiques» avant des «élections libres». Des militaires putschistes avaient annoncé le 30 août la «fin du régime» d’Ali Bongo Ondimba, qui dirigeait le Gabon depuis 14 ans, moins d’une heure après la proclamation de sa réélection lors de l’élection du 26 août, estimant qu’elle avait été truquée.

Le lendemain, ils avaient proclamé le général Oligui, 48 ans, président d’un Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions (CTRI). «Je jure devant Dieu et le peuple gabonais de préserver en toute fidélité le régime républicain», «de préserver les acquis de la démocratie», a déclaré devant des juges de la Cour constitutionnelle le général de brigade en costume d’apparat rouge de la Garde républicaine (GR), l’unité d’élite de l’armée qu’il commandait. Le général Oligui a également promis des «élections libres» et «transparentes» à l’issue de la période de transition et s’est engagé à amnistier les «prisonniers d’opinion».

Ali Bongo Ondimba, 64 ans, en résidence surveillée depuis le putsch, avait été élu en 2009 à la mort de son père Omar Bongo Ondimba, qui avait déjà dirigé le pays plus de 41 ans.

Mercredi à l’aube, moins d’une heure après la réélection annoncée à près de 65% de M. Bongo, des militaires ont proclamé «la fin du régime», signant un putsch «sans effusion de sang», a assuré le général Oligui. Aucun mort ni blessé n’a été rapporté à ce jour. L’Union africaine, l’Union européenne, l’ONU et une grande partie des capitales occidentales ont condamné le coup d’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.