Site indépendant d'actualités

Le Conseil de coopération du Golfe soutient les accords de la commission mixte libyenne avec le Maroc pour la tenue des élections

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le Conseil suprême du Conseil de coopération des États arabes du Golfe, réuni aujourd'hui mardi à Doha, s'est félicité du consensus auquel est parvenue la commission mixte (6+6) formée par le parlement libyen et le Haut Conseil d'État, lors de ses réunions au Maroc les 6 et 7 juin 2023, concernant les lois régissant l'élection du président de l'État et des membres du Parlement.

Dans la déclaration finale publiée à l'issue du 44ème sommet, présidé par le Qatar, le Conseil a souligné que ce consensus constituait "un pas positif et constructif vers la tenue d'élections présidentielles et législatives".

Le Conseil a réaffirmé ses positions et décisions constantes sur la crise libyenne, soulignant "la détermination à préserver les intérêts du peuple libyen, à assurer la sécurité, la stabilité et le développement de la Libye, à garantir sa souveraineté, son indépendance et son unité territoriale, à mettre fin aux ingérences dans ses affaires intérieures et à retirer toutes les forces étrangères et les mercenaires du territoire libyen".

Il a également réitéré son soutien aux efforts de l'envoyé spécial des Nations unies pour parvenir à une solution politique, organiser des élections et unifier les institutions de l'État afin de réaliser les aspirations du peuple libyen et de jeter les bases de la sécurité et de la stabilité.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, avait déjà déclaré le 23 novembre que le Maroc, sous la conduite du Roi Mohammed VI, soutient continuellement les efforts de l'ONU pour résoudre la crise institutionnelle libyenne.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le Représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU en Libye, Abdullah Battali, Bourita a déclaré, à l'issue de leurs entretiens, que "les instructions de Sa Majesté le Roi sont claires pour soutenir tous les efforts déployés par le Représentant personnel du Secrétaire général pour sortir la Libye de cette crise institutionnelle qui dure depuis des années".

Il a ajouté que le Royaume du Maroc renouvelle son soutien et son accompagnement à tous ses efforts pertinents, dans une approche sereine basée sur la confiance et l'aide aux Libyens eux-mêmes pour trouver une solution à leurs problèmes.

Il a souligné que la crédibilité et la confiance dont jouit Battali auprès de tous les acteurs libyens est un "excellent indicateur" que son approche d'écoute et de conciliation des points de vue en vue de la tenue d'élections présidentielles et législatives est de nature à résoudre cette crise institutionnelle.

Bourita a souligné que le Maroc considère toujours que la tenue d'élections est la meilleure solution à cette crise institutionnelle, affirmant que ces élections devraient marquer le début d'une nouvelle phase dans ce pays frère, caractérisée par la stabilité, la légitimité et la réponse aux besoins du peuple libyen.

Il a ajouté : "Aujourd'hui, il y a une base juridique grâce aux réunions qui ont eu lieu à Bouznika, qui ont abouti à l'adoption de lois électorales qui n'existaient pas lorsque les élections ont été annoncées pour le 24 décembre 2021", soulignant que "cette base, même si elle n'est pas parfaite, est la meilleure solution possible pour la tenue de ces élections".

Il a souligné que le Maroc, qui a abrité plusieurs réunions entre les parties libyennes, s'efforce, à chaque fois, de concilier leurs points de vue sans s'ingérer dans leurs affaires, notant que le Maroc est prêt aujourd'hui à accompagner la dynamique que Battali souhaite lancer pour compléter la base juridique existante par des accords politiques institutionnels, et qui "nous permettra d'entrer dans une phase de mise en œuvre des accords et d'aboutir à la tenue des élections".

Le responsable marocain a souligné que le Maroc continue de croire que la résolution de la crise libyenne ne viendra pas de l'extérieur, mais doit émaner des Libyens eux-mêmes, ce qui lui confère une crédibilité auprès des parties libyennes.

Nasser Bourita a conclu en affirmant que le Royaume du Maroc est prêt à soutenir et à accompagner Battali dans l'avancement du processus politique en Libye, exprimant l'espoir que toutes les idées y afférentes se traduiront par des initiatives, puis des accords et des solutions menant à la tenue d'élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.