Site indépendant d'actualités

La récupération par le Maroc de Ceuta et Melilla est «une question de temps»

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Auteur des «Soldats», un essai qu’il vient de publier aux éditions «Almuzara» sur l’importance d’investir dans la défense, le général Juan Carlos Domingo Guerra a donné plusieurs entretiens aux médias espagnols dans lesquels il a mis en garde contre «le manque de perception des menaces chez les Espagnols dont l’une n’est qu’à quelques kilomètres: le Maroc».

Partant d’une idée centrale dans son livre selon laquelle il y a une «désaffection» ou «une indifférence» envers l’armée chez les Espagnols, Juan Carlos Domingo Guerra pointe du doigt une «ignorance pathologique» qui fait qu’«il n’est pas facile d’être soldat dans une nation comme l’Espagne».

C’est de «cette ignorance que découlent le reste des «carences» des Espagnols en matière de défense et de sécurité, comme le manque de perception des menaces», surtout celle du Maroc qui «n’est qu’à quelques kilomètres», a-t-il déclaré, ce lundi, dans un entretien avec le quotidien espagnol La Razón.

«Le Maroc a des prétentions sur Ceuta (Sebta, ndlr) et Melilla», qui «ne sont pas mortes, malgré la récente rencontre entre les deux pays», croit savoir le général de Division.

Évoquant des «envies de nationalisme marocain» et un rêve de «Grand Maroc», qui existerait chez les Marocains, il croit dur comme fer que «ce n’est qu’une question de temps avant qu’il (le Maroc, ndlr) ne tente avec Ceuta et Melilla le coup qui a déjà bien marché avec le Sahara».

«Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne tente de les rattraper», a-t-il insisté.

Le général à la retraite a essayé, dans ce sillage, d’expliquer pourquoi y a-t-il toujours une certaine «friction constante» dans les relations Maroco-espagnoles.

Pour lui, «l’Espagne n’a jamais très bien compris le fonctionnement et la logique interne du nationalisme. Ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays. Ces pensées nationalistes se réaffirment et acquièrent leur identité en encadrant les frontières qui les séparent des autres».

Juan Carlos Domingo Guerra ne semble pas apprécié la revirement stratégique espagnol sur la question de l’intégrité territoriale du Maroc de l’Espagne, qui soutient désormais la marocanité de notre Sahara. Pour l’essayiste, «certaines concessions de l’Espagne n’ont pas été expliquées».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.