Site indépendant d'actualités

GUERRE EN UKRAINE : la Russie continue à commettre des crimes de guerre contre les civils en Ukraine

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le maire de Dnipro a prévenu qu'il n'y aurait peut-être plus de survivants après le tir de missile russe de samedi sur un immeuble d'habitation dans cette ville de l'est de l'Ukraine.

Une section entière de l'immeuble de neuf étages s'est effondrée et, selon les autorités, au moins 36 personnes sont mortes. Les opérations de sauvetage se poursuivent. Plusieurs autres sont toujours portées disparues et 75 survivants ont été blessés.

Les chances de retrouver les autres vivants sont "minimes", a déclaré le maire Borys Filatov. Ce Lundi, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine a insisté sur le fait que l'armée russe n'avait pas frappé des bâtiments résidentiels.

"Les attaques visent des cibles militaires, évidentes ou déguisées", a déclaré Dmitri Peskov aux journalistes. L'Ukraine a déclaré que le bâtiment avait été touché par un missile russe Kh-22, qu'elle n'a pas la capacité d'abattre. Ce missile est également connu pour être extrêmement imprécis, selon le bureau du procureur général d'Ukraine.

Mais M. Peskov a laissé entendre que la frappe du bâtiment aurait pu être le résultat de la défense aérienne ukrainienne. Kiev, Kharkiv et Odesa ont également été touchées samedi dans des attaques qui, selon Moscou, visaient les infrastructures militaires et énergétiques de l'Ukraine.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a qualifié les tirs de missiles d'"inhumains", ajoutant que "la Russie continue intentionnellement à commettre des crimes de guerre contre les civils". Le président Poutine a déclaré que "tout se déroule dans le cadre du plan du ministère de la défense et de l'état-major".

Le Belarus, qui se trouve à la frontière nord de l'Ukraine, entame lundi des exercices conjoints des forces aériennes avec la Russie. Le ministère biélorusse de la défense insiste sur le fait qu'il s'agit d'exercices défensifs, mais certains craignent que Moscou ne fasse pression sur Minsk pour qu'elle se joigne à la guerre en Ukraine. Le Belarus était l'une des rampes de lancement de la Russie pour l'invasion de février dernier.

Dans son discours du soir dimanche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué qu'il avait reçu de nombreux messages de sympathie du monde entier et a condamné le "silence lâche" du peuple russe sur l'attaque de Dnipro.

Passant au russe pendant son message, il a dit vouloir s'adresser à ceux "qui, même maintenant, n'ont pas pu prononcer quelques mots de condamnation de cette terreur". "Votre silence lâche, votre tentative d''attendre' ce qui se passe, n'aboutira qu'au fait qu'un jour ces mêmes terroristes viendront vous chercher." Il a ajouté que parmi les victimes de la frappe figurait une jeune fille de 15 ans et que deux enfants étaient restés orphelins.

Deux semaines se sont écoulées depuis la dernière vague d'attaques russes contre le réseau électrique ukrainien. Samedi, M. Zelensky a déclaré que les infrastructures énergétiques des régions de Kharkiv et de Kiev avaient été gravement touchées.

À la suite de ces attaques, la compagnie nationale ukrainienne d'énergie Ukrenergo a temporairement imposé des limites de consommation 24 heures sur 24 dans toutes les régions. Le ministre ukrainien de l'énergie, German Galushchenko, a déclaré que les prochains jours seraient "difficiles".

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.