Site indépendant d'actualités

EVA KAILI : l’élue grecque inculpée dans une enquête de corruption

0
Getting your Trinity Audio player ready...

La vice-présidente grecque du Parlement européen Eva Kaili et trois autres personnes ont été inculpées et écrouées dimanche en Belgique dans une enquête sur des soupçons de corruption en lien avec le Qatar au sein de cette institution de l’UE, a indiqué à l’AFP une source judiciaire.

Les arrestations pour corruption présumée au Parlement européen sont "très, très inquiétantes", a déclaré Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'UE. Ainsi que le ministre irlandais des affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré que les charges retenues contre quatre personnes étaient "très préjudiciables".

Parmi les personnes arrêtées figure la vice-présidente du Parlement européen, Eva Kaili, qui serait l'une des personnes inculpées. Les procureurs soupçonnent un État du Golfe - qui serait le Qatar - d'avoir tenté d'influencer le Parlement en lui donnant de l'argent ou des cadeaux. Le Qatar a nié tout comportement répréhensible.

La police belge a saisi de l'argent liquide d'une valeur d'environ 600 000 € (632 000 $ ; 515 000 £) lors de 16 perquisitions à Bruxelles vendredi. Des ordinateurs et des téléphones portables ont également été saisis, afin d'examiner leur contenu.

Quatre personnes ont été inculpées et deux ont été libérées, ont déclaré les procureurs hier dimanche. Aucun suspect n'a été publiquement nommé, mais il semblerait que Mme Kaili fasse partie des personnes inculpées.

"Ils sont accusés de participation à une organisation criminelle, de blanchiment d'argent et de corruption", a déclaré le parquet fédéral belge dans un communiqué. Mme Kaili, députée européenne depuis huit ans, a été suspendue de ses fonctions de l'un des 14 vice-présidents par la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

Elle a également été suspendue du groupe des socialistes et démocrates du Parlement et exclue du parti grec de centre-gauche Pasok. Les procureurs grecs auraient gelé tous les avoirs de Mme Kaili. Les organismes de surveillance et les députés de l'opposition ont déclaré que l'enquête sur les pots-de-vin pourrait représenter l'un des plus grands scandales de corruption de l'histoire du Parlement européen.

"Il est certain que les nouvelles sont très, très inquiétantes", a déclaré M. Borrell aux journalistes ce lundi, à son arrivée à une réunion des ministres des affaires étrangères de l'UE. "Nous sommes confrontés à certains événements, certains faits, qui m'inquiètent certainement en tant qu'ancien président du Parlement européen." M. Borrell a précisé que l'enquête ne visait aucun membre du service diplomatique de l'UE.

Les médias locaux ont désigné le Qatar comme étant l'État en question, bien que le gouvernement qatari ait déclaré que toute allégation de mauvaise conduite était "gravement erronée". Les responsabilités de Mme Kaili en tant que vice-présidente incluent le Moyen-Orient. Elle a déjà défendu le Qatar par le passé.

Mme Metsola a quitté son pays natal, Malte, pour se rendre à Bruxelles samedi soir afin d'assister à la perquisition du domicile d'un député européen, comme l'exige la constitution belge. Son porte-parole a déclaré que le Parlement européen "est fermement opposé à la corruption" et qu'il "coopère pleinement" avec les enquêteurs.

Le Parlement européen est la seule institution de l'UE à être élue au suffrage direct. Les quelque 705 députés, élus par les électeurs des 27 pays qui composent l'UE, se réunissent pour examiner les propositions de loi et voter la législation européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.