Site indépendant d'actualités

L'ONU : le MAK et le gouvernement algérien s'affrontent dans un face-à-face tendu

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Jeudi 30 novembre 2023 restera gravé dans l'histoire du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) en tant que journée mémorable. Pour la première fois depuis sa création en juin 2001, le président fondateur du mouvement, Ferhat Mehenni, s'est trouvé en confrontation directe avec le représentant du gouvernement d’Alger au siège de l’ONU à Genève.

En dépit de son historique d'échecs, le représentant du régime algérien a signé une nouvelle défaite en cherchant à affronter le président du MAK lors du 16ème Forum des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités. Une erreur fatale pour laquelle il devra répondre devant ses supérieurs. En effet, depuis le 18 mai 2021, le régime algérien classe le MAK comme une "organisation terroriste" et émet un mandat d'arrêt international à l'encontre de son président et de certains membres dirigeants.

Cependant, le représentant algérien a maladroitement cherché la confrontation avec les représentants du MAK à l'ONU, plaçant ainsi le mouvement au même niveau que l'État algérien. Malgré cela, il n'a pas pu fournir d'arguments convaincants en réponse aux accusations du président du MAK, se limitant à le traiter de "menteur" et à discréditer ses déclarations.

Ferhat Mehenni a exposé les grandes lignes de la répression subie par la Kabylie depuis l'assassinat de Massinissa Guermah en 2001. Il a alerté sur la situation critique de la Kabylie, vivant sous état de siège avec la suspension de toutes les libertés, la peur constante de l'arrestation et de la torture. Il a dénoncé l'"Opération Zéro Kabyle" en cours depuis 2021, qualifiant la Kabylie de "génocidée". Des milliers d'arrestations avec tortures, 43 Kabyles innocents condamnés à mort, et plus de 100 000 Kabyles interdits de quitter le territoire algérien ont été dénoncés.

Malgré les dénégations du représentant algérien, le MAK a remporté sa première victoire en confrontant le régime d’Alger à l'ONU. Une victoire symbolique s'est ajoutée, obligeant le délégué algérien à s'exprimer en kabyle lors de cette confrontation historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.