Site indépendant d'actualités

Réactions internationales au coup d'État au Niger : l'intervention de la Russie au Niger perturbe les États-Unis

0
Getting your Trinity Audio player ready...

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a déclaré lors d'une entrevue exclusive avec Al Jazeera que ce qui se passe au Niger constitue une entrave au système constitutionnel, et il a estimé que le retour du président destitué, Mohamed Bazoum, au pouvoir est inévitable, selon ses termes.

Blinken a poursuivi en disant : "Nous sommes, comme de nombreux pays à travers l'Afrique, et en particulier la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), déterminés à rétablir le système constitutionnel au Niger."

Il a ajouté que "c'est ce sur quoi tout le monde se concentre actuellement. C'est pourquoi j'étais en étroite communication avec le président Bazoum et de nombreux dirigeants à travers l'Afrique, et tous travaillent vers le même objectif qui est de restaurer le système constitutionnel."

Cela intervient en même temps qu'une visite d'un responsable du département d'État américain au Niger, où elle a rencontré plusieurs dirigeants militaires, mais n'a pas rencontré le chef du coup d'État, le général Omar Abdel Rahman Tiyani. Elle a également révélé avoir demandé à rencontrer le président détenu Mohamed Bazoum, mais n'a pas eu l'occasion de le rencontrer.

La sous-secrétaire d'État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, a déclaré lors d'une conférence de presse vidéo mardi que sa visite au Niger était en réponse à la demande de Blinken pour entamer des négociations.

Elle a ajouté : "Nous voulions parler franchement avec les responsables de ce défi pour la démocratie, pour savoir si nous pouvions tenter de résoudre ces problèmes diplomatiquement, et aussi pour clarifier ce qui est en jeu dans notre relation de manière transparente."

Nuland a souligné que les dirigeants du coup d'État comprennent la gravité de l'alliance avec la Russie, selon ses termes. De son côté, le département d'État américain a déclaré dans un communiqué que la visite de Nuland visait à exprimer une profonde préoccupation concernant les développements au Niger.

Le communiqué a ajouté que l'émissaire américaine avait rencontré les dirigeants militaires pour expliquer que si le système constitutionnel n'était pas respecté, il pourrait y avoir une perte potentielle de centaines de millions de dollars d'aide économique et sécuritaire.

De son côté, le porte-parole du département d'État américain, Matthew Miller, a déclaré que son pays avait suspendu des aides estimées à des centaines de millions de dollars pour le Niger à la suite du récent coup d'État. Il a ajouté lors d'une conférence de presse que le retour de cette aide dépendrait du retrait des dirigeants du conseil militaire du pouvoir et du rétablissement du système constitutionnel dans le pays.

D'autre part, les dirigeants du coup d'État au Niger ont procédé à plusieurs changements gouvernementaux et militaires, notamment en nommant Zine Ali Mohamed Premier ministre.

Les décisions ont inclus le changement de l'inspecteur général de l'armée et la nomination d'un nouveau chef de la garde présidentielle ainsi que du chef d'état-major spécial du président. De plus, une commission spéciale pour la paix et la réconciliation a été créée, dirigée par le président du conseil militaire.

Cela intervient alors que le conseil militaire a pris des mesures de sécurité dans tout le pays en fermant l'espace aérien, tandis que ses partisans continuent de manifester en soutien à ses décisions, en opposition aux demandes du parti au pouvoir et de ses partisans de ramener le président Mohamed Bazoum au pouvoir.

D'autre part, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a annoncé qu'elle tiendrait un sommet extraordinaire jeudi prochain pour discuter des prochaines étapes à prendre concernant le coup d'État au Niger.

Un porte-parole de la CEDEAO a déclaré que le deuxième sommet de ce genre en moins de deux semaines se tiendrait à Abuja, la capitale nigériane, sous la présidence du président nigérien, Bola Tinubu, qui préside actuellement l'organisation régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.